Chargement
  • Encourageons une gestion transparente et ouverte des revenus de nos ressources pétrolières, gazières et minières.
Ministère des Finances
Initiative pour la transparence dans les industries extractives
  • Encourageons une gestion transparente et ouverte des revenus de nos ressources pétrolières, gazières et minières.

The Board agreed to lift Cameroon’s suspension.

Decision on Cameroon’s suspension

Decision number2021-40
Decision basis2019 EITI Standard, Section 4 – Article 8.c Suspension.

23 July 2021

The EITI Board temporarily suspended Cameroon on 1 April 2021 for failing to publish its 2018 EITI Report. In accordance with the EITI Standard, it was agreed that the suspension would be lifted if the EITI Board is satisfied that the outstanding EITI Report was published within six months of the deadline. The Secretariat can confirm that Cameroon published its 2018 EITI Report on 30 June 2021. Thus, the condition for lifting the suspension has been met.

Le Conseil d’administration lève la suspension du Cameroun.

Decision number2021-40
Décision basée sur la Norme ITIE, Section 4 – Article 8.c Suspension.

23 Juillet 2021

Le Conseil d’administration de l’ITIE a temporairement suspendu le Cameroun le 1er avril 2021 pour n’avoir pas publié son Rapport ITIE pour 2018. Conformément à la Norme ITIE, il a été convenu que la suspension serait levée si le Conseil d’administration de l’ITIE se satisfait du fait que le rapport en suspens a été publié dans les six mois suivant la date limite. Le Secrétariat est en mesure de confirmer que le Cameroun a publié son Rapport ITIE de 2018 le 30 juin 2021. Ainsi, la condition pour la levée de la suspension a été satisfaite.

 

—————-

 Previous decision

The Board’s decision

The EITI Board agreed the following:

The EITI Board agrees that Cameroon has fully addressed three of the 14 corrective actions from the country’s first Validation. Consequently, Cameroon has made meaningful progress overall in implementing the 2019 EITI Standard, with considerable improvements across several individual requirements.

The Board congratulates Cameroon for addressing some of the shortcoming identified in its first Validation related to production data, sales of the state’s in-kind revenues and transactions related to state-owned enterprises. The Board commends that the government has enshrined key EITI Requirements into national legislation through the 2016 Mining Code and the 2018 Transparency Code. The Board acknowledges improvements in the government’s systematic disclosures, including through the online mining cadastral system, and in financial disclosures by the national oil company SNH. Cameroon’s EITI is commended for drawing attention to arrears in subnational transfers, both of extractive and non-extractive revenues.

The Board encourages Cameroon to ensure comprehensive and reliable disclosures related to contract and license management, license registers, contract disclosure and beneficial ownership transparency. Cameroon is urged to ensure timely reporting and disclosures, including of extractive revenues that are not transferred to Treasury, as well as social, environmental and quasi-fiscal expenditures.

The Board takes note that the MSG’s oversight of EITI implementation appeared to weaken during the 2018-2020 period, amidst fiscal constraints that led to Cameroon securing support from the International Monetary Fund in 2017, general elections in 2018 as well as the escalation of social tensions in the southwest and northwest anglophone regions and the continued fight against Boko Haram in the north. The Board expresses concern that the pace of outreach and contribution to public debate appears to have declined in the period since the first Validation. While the Board recognises that the civil society constituency has broadened its outreach with the creation of a new civil society platform, it notes that the new constituency coordination mechanisms have not yet been fully implemented in practice to coordinate with the broader constituency.

The Board acknowledges the recent activities undertaken to address the shortcomings of the 2018-2020 period, notably in terms of documenting the MSG’s oversight of implementation and its assessment of outcomes, and encourages Cameroon to continue this effort. The Board takes note of Cameroon’s plans to transition to systematic disclosures of EITI data through government and company systems.

The Board has determined that Cameroon will have until a third Validation commencing on 1 octobre 2023 to carry out corrective actions regarding civil society engagement (Requirement 1.3), MSG oversight (Requirement 1.4), work plan (Requirement 1.5), contract and license allocations (Requirement 2.2), register of licenses (Requirement 2.3), contracts (Requirement 2.4), beneficial ownership (Requirement 2.5), state participation (Requirement 2.6), data timeliness (Requirement 4.8), distribution of revenues (Requirement 5.1), subnational transfers (Requirement 5.2), social expenditures (Requirement 6.1), quasi-fiscal expenditures (Requirement 6.2), public debate (Requirement 7.1) and review of outcomes and impacts of EITI implementation (Requirement 7.4). Failure to demonstrate progress in the third Validation will result in temporary suspension in accordance with Article 6 of the EITI Standard. In accordance with the EITI Standard, Cameroon’s MSG may request an extension of this timeframe or request that Validation commences earlier than scheduled.

Assessment card

Download PDF

Cameroon – Second Validation (2021)

EITI Requirements Level of Progress Direction of Progress
Categories Requirements No Progress Inadequate Meaningful Satisfactory Beyond
MSG oversight Government engagement (#1.1) (+)          
 
Industry engagement (#1.2) (+)          
 
Civil society engagement (#1.3) (+)          
=
MSG governance (#1.4) (+)          
Workplan (#1.5) (+)          
Licenses and contracts Legal framework (#2.1) (+)          
 
Contract and license allocations (#2.2) (+)          
Register of licenses (#2.3) (+)          
Contracts (#2.4) (+)          
Beneficial ownership (#2.5) (+)          
 
State participation (#2.6) (+)          
Monitoring production Exploration data (#3.1) (+)          
 
Production data (#3.2) (+)          
Export data (#3.3) (+)          
 
Revenue collection Comprehensiveness (#4.1) (+)          
 
In-kind revenues (#4.2) (+)          
Infrastructure provisions and barter arrangements (#4.3) (+)  
 
Transportation revenues (#4.4) (+)          
 
SOE transactions (#4.5) (+)          
Subnational payments (#4.6) (+)  
 
Level of disaggregation (#4.7) (+)          
 
Data timeliness (#4.8) (+)          
Data quality and assurance (#4.9) (+)          
 
Revenue allocation Distribution of extractive industry revenues (#5.1) (+)          
Subnational transfers (#5.2) (+)          
Revenue management and expenditures (#5.3) (+)  
 
Socio-economic spending Mandatory social expenditures (#6.1) (+)          
SOE quasi-fiscal expenditures (#6.2) (+)          
Economic contribution (#6.3) (+)          
 
Environmental impact (#6.4) (+)  
 
Outcomes and impact Public debate (#7.1) (+)          
=
Data accessibility and open data (#7.2) (+)          
 
Follow up on recommendations (#7.3) (+)          
 
Review of outcomes and impact of implementation (#7.4) (+)          
=
Overall assessment          
  • No progress. All or nearly all aspects of the requirement remain outstanding and the broader objective of the requirement is not fulfilled.
  • Inadequate progress. Significant aspects of the requirement have not been implemented and the broader objective of the requirement is far from fulfilled.
  • Meaningful progress. Significant aspects of the requirement have been implemented and the broader objective of the requirement is being fulfilled.
  • Satisfactory progress. All aspects of the requirement have been implemented and the broader objective of the requirement has been fulfilled.
  • Outstanding progress (Beyond). The country has gone beyond the requirements.
  • This requirement is only encouraged or recommended and should not be taken into account in assessing compliance.
  • The MSG has demonstrated that this requirement is not applicable in the country.
Direction of progress
= No change in performance since the last Validation.
←The country is performing worse that in the last Validation.
→The country is performing better than in the last Validation.

Background

Cameroon was admitted as an EITI Candidate in 2007. The first Validation of Cameroon against the EITI Standard commenced on 1 July 2017. On 29 June 2018, the EITI Board found that Cameroon had made a meaningful progress in implementing the 2016 EITI Standard. Fourteen corrective actions were identified by the Board, pertaining to the following requirements:

  1. Civil society engagement (Requirement 1.3),
  2. MSG governance (Requirement 1.4),
  3. Work plan (Requirement 1.5),
  4. License register (Requirement 2.3),
  5. Policy on contract transparency (Requirement 2.4),
  6. State-participation (Requirement 2.6),
  7. Production data (Requirement 3.2),
  8. In-kind revenues (Requirement 4.2),
  9. SOE transactions (Requirement 4.5),
  10. Distribution of revenues (Requirement 5.1),
  11. Subnational transfers (Requirement 5.2),
  12. SOE quasi-fiscal expenditures (Requirement 6.2),
  13. Public debate (Requirement 7.1),
  14. Outcomes and impact of implementation (Requirement 7.4).

The Board asked Cameroon to address these corrective actions to be assessed in a second Validation commencing on 29 December 2019. The Board did not approve Cameroon’s extension request on 13 February 2020 and agreed that the second Validation would commence on 13 February 2020, taking account of all information published up to that date.

Cameroon has undertaken a number of activities to address the corrective actions:

  • The MSG met 6 times during the second half of 2017; 3 times in 2018 as well as in 2019 and, finally, 3 times between the 1st January 2020 and 13th February 2020, the start of the Validation;
  • On 14 November 2017, the MSG adopted a dissemination timeline and an update of the communication strategy;
  • On 28 December 2017, the MSG adopted the 2016 Annual Progress Report;
  • On 8 February 2018, the MSG adopted the Independent Administrator’s ToRs for the 2016-2017 Reports; 
  • On 17 May 2018, the MSG adopted the updated 2017-2019 work plan for 2018;
  • On 17 July 2018, the government issued the Decree No. 2018/6026/PM of 17 July 2018 on the creation and organisation of the EITI Committee;
  • On 10 August 2018, the MINFI issued an Order of 10 August 2018 appointing the National Coordinator of the EITI Cameroon; 
  • On 21 November 2018, the civil society constituency adopted an action plan and constituency guidelines codifying the coordination mechanisms and the process of designation of CSOs representatives on the MSG;
  • On 18 December 2018, the MSG adopted the scoping studies for the 2016 and 2018 EITI Reports;
  • On 5 February 2019, the Prime Minister’s office issued the Order N° 025/CAB/PM of 05 February 2019 fixing the indemnities of the Committees and working groups;
  • On 12 February 2019, the MSG adopted the 2017 annual progress report; 
  • On 22 February 2019, the MSG organised an event for the public launch of the 2016 Report; 
  • On 23 December 2019, the civil society constituency undertook a pre-Validation self-assessment of progress in addressing the corrective measures from the first Validation;
  • On 26 December 2019, the MSG adopted an emergency action plan for preparing the second Validation; 
  • On 6 February 2020, the MSG adopted the 2017 EITI Report and conducted a public press event for its launch. The MSG also adopted the EITI Code of Conduct;
  • On 12 February 2020, the MINFI issued Order No. 361(bis)/MINFI of 12 February 2020 institutionalising the composition of the new MSG. 

Cameroon’s second Validation commenced on 13 February 2020. The EITI International Secretariat has assessed the progress made in addressing the 14 corrective actions established by the EITI Board following Cameroon’s first Validation in 2018. Progress in implementing Requirement 2.5 on beneficial ownership, as well as new Requirements 6.4 and 7.2 of the 2019 EITI Standard were also assessed. The Secretariat’s assessment is that Cameroon has fully addressed three of the 14 corrective actions, that it has achieved “meaningful progress” in addressing another nine corrective actions and it has made “inadequate progress” with considerable improvements in addressing the other two corrective actions. The Secretariat has also reviewed progress on Requirements 2.5, 4.7 and 4.8, with assessments of “inadequate progress” for the first and “meaningful progress” for the subsequent two.  

The draft assessment was sent to the Cameroon EITI MSG on 30 September 2020. Following comments from the MSG submitted on 18 November 2020, the assessment was finalised for consideration by the EITI Board.

Corrective actions

The EITI Board agreed the following corrective actions to be undertaken by Cameroon. Progress in addressing these corrective actions will be assessed in a thrid Validation commencing on October 1, 2023:

  1. In accordance with Requirement 1.3.a, civil society must be fully, actively and effectively engaged in all aspects of the EITI process. In accordance with Requirement 1.3.e.ii, stakeholders, including but not limited to members of the multi-stakeholder group must be substantially engaged in the design, implementation, monitoring and evaluation of the EITI process, and ensure that it contributes to public debate.  In accordance with the civil society protocol’s provision 2.3, civil society MSG representatives should engage with other CSOs that are not part of the MSG, including capturing their input for MSG deliberations and communicating the outcomes of MSG deliberations. The constituency could consider the extent to which implementation of its own Constituency Code and ToR for the OSCC-ITIECAM platform could help address concerns over conflict of interest and retention of information by MSG members. Civil society may wish to consider undertaking a capacity needs assessment and formulating actions to address civil society capacity constraints.
  2. In accordance with Requirement 1.4.a.ii, Cameroon should ensure that each stakeholder group must have the right to appoint its own representatives, bearing in mind the desirability of pluralistic and diverse representation. The nomination process must be independent and free from any suggestion of coercion. Civil society groups involved in the EITI as members of the multi‑stakeholder group must be operationally, and in policy terms, independent of government and/or companies. The multi‑stakeholder group and each constituency should consider gender balance in their representation to progress towards gender parity. In accordance with Requirement 1.4.b.ii, the MSG should undertake effective outreach activities with civil society groups and companies, including through communication such as media, websites and letters, informing stakeholders of the government’s commitment to implement the EITI, and the central role of companies and civil society. The multi‑stakeholder group should also widely disseminate the public information that results from the EITI process. In accordance with the Requirement 1.4.b.iii, all MSG members should establish mechanisms for coordination with their broader respective constituencies. In accordance with the Requirement 1.4.b.vi, the MSG should oversee the EITI reporting process and engage in Validation. To strengthen implementation, the MSG may wish to consider developing a capacity needs assessment and capacity-building action plan to ensure that all MSG members have adequate capacity to oversee all aspects of EITI implementation. In accordance with the Requirement 1.4.b.vii, Cameroon should ensure that its per diem practice does not give rise to allegations of conflict of interest. Cameroon may wish to consider the extent to which clarification of the actual per diem practice for all EITI officeholders could address allegations of conflict of interest. In accordance with the Requirement 1.4.b.ix, the MSG must keep written records of its discussions and decisions.
  3. In accordance with Requirement 1.5, the MSG should agree a work plan that is linked to national priorities and is revised annually to take account of changing conditions and opportunities, based on input from the various constituencies. Cameroon should ensure that its annually updated EITI work plan be publicly available, of critical importance for enhancing MSG members’ accountability towards their respective constituencies.
  4. In accordance with Requirement 2.2.a.ii, Cameroon should ensure that a description of the statutory process for transferring licenses in the mining, oil and gas sector is publicly disclosed, including the specific technical and financial criteria assessed and any weightings of these criteria. Cameroon should ensure that the number of mining, oil and gas licenses awarded and transferred annually is publicly disclosed.
  5. In accordance with Requirement 2.3.b.ii-iii, Cameroon should ensure that coordinates and dates of application, award and expiry are publicly accessible for all active mining, oil and gas licenses. Cameroon is encouraged to use EITI reporting as an annual diagnostic of license data management systems with a view to strengthening the comprehensiveness of these disclosures.
  6. In accordance with Requirement 2.4.b, Cameroon is expected to agree and publish a plan for disclosing contracts with a clear time frame for implementation and addressing any barriers to comprehensive disclosure. This plan will be integrated into work plans covering 2020 onwards. The MSG should agree a plan for disclosing contracts or integrate it in its workplan. In accordance with Requirement 2.4.a, Cameroon is required to disclose any contracts and licenses that are granted, entered into or amended from 1 January 2021. Cameroon is invited to consider the extent to which implementation of Article 6 of the July 2018 Transparency Code on contract disclosure would help meet these corrective actions.
  7. In accordance with Requirement 2.5 and the Board-agreed framework for assessing progress, Cameroon is required to disclose the beneficial owners of all companies holding or applying for extractive licenses by 31 December 2021. To achieve this target, the following measures are recommended:
  8. In accordance with Requirement 2.6.a.ii, Cameroon should ensure that the terms to state and SNH participation in oil and gas companies and projects are publicly disclosed, including their level of responsibility for covering expenses at various phases of the project cycle. Where the government or SNH have provided loans or loan guarantees to mining, oil and gas companies operating within the country, details on these transactions should be disclosed, including loan tenor and terms (i.e. repayment schedule and interest rate). The MSG may wish to consider comparing loans terms with commercial lending terms. In accordance with Requirement 2.6.b, Cameroon is expected to publish the comprehensive version of SNH’s audited financial statements or explain the barriers to such disclosures. Cameroon is invited to consider the extent to which progress against this corrective action would support broader implementation of Article 8 of the July 2018 Transparency Code on transparency in state participation.
  9. In accordance with Requirement 4.8, Cameroon should publish regular and timely information in accordance with the EITI Standard and the agreed work plan (see Requirement 1.5) on an annual basis, with data no older than the second to last complete accounting period.
  10. In accordance with Requirement 5.1, Cameroon should ensure that a clear description of which extractive industry revenues, whether cash or in‑kind, are recorded in the national budget is publicly disclosed. Where revenues are not recorded in the national budget, the allocation of these revenues must be publicly explained, with links provided to relevant financial reports as applicable.
  11. In accordance with Requirement 5.2, Cameroon should ensure that material transfers are disclosed, including the revenue-sharing formula, as well as any discrepancies between the transfer amount calculated in accordance with the relevant revenue sharing formula and the actual amount that was transferred between the central government and each relevant subnational entity. Cameroon is encouraged to agree a procedure to address data quality and assurance of information on subnational transfers, in accordance with Requirement 4.9. Cameroon may further wish to report on how extractive revenues earmarked for specific programmes or investments at the subnational level are managed, and actual disbursements.
  12. In accordance with Requirement 6.1, Cameroon should undertake a comprehensive review of all mandatory social expenditures and environmental payments mandated by law or contract. Cameroon should ensure that public disclosures of mandatory social expenditures and environmental payments in future EITI reporting be disaggregated between cash and in-kind expenditures, by type of payment and beneficiary, clarifying the name and function of any non-government (third-party) beneficiaries. Cameroon may wish to ensure that mandatory social expenditure requirements are more clearly codified in mining contracts with set timeframes to ensure more efficient monitoring and oversight.
  13. In accordance with Requirement 6.2, Cameroon should ensure public disclosures from SOEs on their quasi‑fiscal expenditures, through a reporting process that achieves a level of transparency commensurate with other payments and revenue streams and includes SOE subsidiaries and joint ventures. Cameroon may wish to take the IMF’s definition of quasi‑fiscal expenditures into account when considering whether expenditures are considered quasi‑fiscal.
  14. In accordance with Requirement 7.1.a.i-ii, Cameroon should ensure that EITI findings and data are widely accessible and distributed, in both official languages (French and English) and in formats that are more accessible than the comprehensive version of the EITI Report. Cameroon should ensure that EITI data and findings are comprehensible, including by considering access challenges and information needs of different genders and subgroups of citizens. In accordance with Requirement 7.1.a.iii, Cameroon should ensure that outreach events, whether organised by government, civil society or companies, are undertaken to spread awareness of and facilitate dialogue about governance of extractive resources, building on EITI disclosures across the country in a socially inclusive manner. In accordance with Requirement 7.1.b.iii, Cameroon is encouraged to organise capacity-building activities, especially with civil society and through civil society organisations, to improve understanding of the information and data from the reports and online disclosures and encourage use of the information by citizens, the media and others.
  15. In accordance with Requirement 7.4.a. Cameroon should undertake an annual review to document the results and impact of the EITI process in Cameroon. In accordance with Requirement 7.4.a.i-v, Cameroon’s review of outcomes and impact should include progress against EITI Requirements, follow-up on EITI recommendations, progress towards work plan objectives, and a narrative account of efforts to strengthen the impact of EITI implementation on natural resource governance. In accordance with Requirement 7.4.b, the MSG should ensure that all stakeholders are able to participate in the annual review of the impact of EITI implementation, including those not serving on the MSG. To strengthen implementation, Cameroon may wish to consider a formalised impact assessment after thirteen years of EITI implementation.

The government and the MSG are encouraged to consider the other recommendations in the  International Secretariat’s assessment, and to document the MSG’s responses to these recommendations in the next annual progress report.


Décision du Conseil d’administration

Le Conseil d’administration est arrivé à la conclusion suivante:

Le Conseil d’administration de l’ITIE convient que le Cameroun a pleinement appliqué trois des quatorze mesures correctives prescrites lors de la première Validation du pays. Par conséquent, la Cameroun a accompli des progrès globalement significatifs dans la mise en œuvre de la Norme ITIE 2019, avec des améliorations considérables concernant plusieurs Exigences distinctes.

Le Conseil d’administration félicite le Cameroun d’avoir remédié à certaines des lacunes relevées dans sa première Validation concernant les données de production, les ventes des revenus en nature de l’État et les transactions liées aux entreprises d’État. Le Conseil d’administration félicite le gouvernement d’avoir inscrit les principales Exigences ITIE dans la législation nationale par l’entremise du Code minier de 2016 et du Code de transparence de 2018. Le Conseil d’administration reconnaît les améliorations apportées dans le domaine des divulgations systématiques de l’État, notamment au moyen du système cadastral minier en ligne, ainsi que dans celui des divulgations financières de la SNH, la société nationale des hydrocarbures. L’ITIE Cameroun s’est félicitée d’avoir attiré l’attention sur les arriérés dans les transferts infranationaux des revenus extractifs et non extractifs.

Le Conseil d’administration encourage le Cameroun à garantir des informations complètes et fiables concernant la gestion des contrats et des licences, les registres des licences, la divulgation des contrats et la transparence de la propriété effective. Le Cameroun est instamment invité à veiller à ce que les déclarations et les divulgations soient faites en temps opportun, y compris pour les revenus extractifs qui ne sont pas transférés au Trésor public, et qu’il en soit de même pour les dépenses sociales, environnementales et quasi budgétaires.

Le Conseil d’administration observe que la supervision exercée par le groupe multipartite sur la mise en œuvre de l’ITIE semble s’être affaiblie au cours de la période 2018-2020, en raison des contraintes budgétaires qui ont conduit le Cameroun à obtenir le soutien du Fonds monétaire international en 2017, du fait également des élections générales de 2018 ainsi que de la recrudescence des tensions sociales dans les régions anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest et de la poursuite de la lutte contre Boko Haram dans le nord du pays. Le Conseil d’administration se dit préoccupé par le fait que le rythme des activités de sensibilisation et de la contribution au débat public semble s’être ralenti au cours de la période écoulée depuis la première Validation. Bien que le Conseil d’administration reconnaisse que le collège de la société civile a élargi sa portée avec la création d’une nouvelle plateforme de la société civile, il note que les nouveaux mécanismes de coordination du collège n’ont pas encore été pleinement mis en œuvre dans la pratique pour assurer la coordination avec l’ensemble du collège.

Le Conseil d’administration reconnaît les récentes activités entreprises pour combler les lacunes de la période 2018-2020, notamment en ce qui concerne la documentation de la supervision exercée par le Groupe multipartite sur la mise en œuvre et son évaluation des résultats, et il encourage le Cameroun à poursuivre cet effort. Le Conseil d’administration prend acte du projet du Cameroun consistant à passer à des divulgations systématiques des données ITIE à travers les systèmes du gouvernement et des entreprises.

Le Conseil d’administration a établi que le Cameroun disposera jusqu’à une troisième Validation le 1 avril 2023 pour prendre des mesures correctives concernant l’engagement de la société civile (Exigence 1.3), la supervision par le Groupe multipartite (Exigence 1.4), le plan de travail (Exigence 1.5), l’octroi des contrats et des licences (Exigence 2.2), le registre des licences (Exigence 2.3), les contrats (Exigence 2.4), la propriété effective (Exigence 2.5), la participation de l’État (Exigence 2.6), la ponctualité des données (Exigence 4.8), la répartition des revenus (Exigence 5.1), les transferts infranationaux (Exigence 5.2), les dépenses sociales (Exigence 6.1), les dépenses quasi budgétaires (Exigence 6.2), le débat public (Exigence 7.1) et l’examen des résultats et de l’impact de la mise en œuvre de l’ITIE (Exigence 7.4). Conformément à l’Article 6 de la Norme ITIE, l’absence de progrès lors de la troisième Validation entraînera la suspension temporaire du pays. Comme le prévoit la Norme ITIE, le Groupe multipartite du Cameroun aura la possibilité de demander une prorogation de ce délai ou de demander que la Validation commence plus tôt que prévu.

Fiche d’évaluation

Télécharger en PDF

Cameroon – Second Validation (2021)

Exigences ITIE Niveau de progrès Direction
du progrès
Catégories Exigences Aucun progrès Inadéquat Significatif Satisfaisant Dépassé
Supervision exercée par le Groupe multipartite Engagement du gouvernement (#1.1) (+)          
 
Engagement des entreprises (#1.2) (+)          
 
Engagement de la société civile (#1.3) (+)          
=
Gouvernance du Groupe multipartite (#1.4) (+)          
Plan de travail (#1.5) (+)          
Licences et contrats Cadre légal (#2.1) (+)          
 
Octroi des licences et des contrats (#2.2) (+)          
Registre des licences (#2.3) (+)          
Contracts (#2.4) (+)          
Propriété réelle (#2.5) (+)          
 
Participation de l’État (#2.6) (+)          
Suivi de la production Données sur les activités d’exploration (#3.1) (+)          
 
Données sur les activités de production (#3.2) (+)          
Données sur les exportations (#3.3) (+)          
 
Collecte de revenus Exhaustivité (#4.1) (+)          
 
Revenus en nature (#4.2) (+)          
Fourniture d’infrastructures et accords de troc (#4.3) (+)  
 
Revenus issus du transport (#4.4) (+)          
 
Transactions des entreprises d’État (#4.5) (+)          
Payments infranationaux (#4.6) (+)  
 
Niveau de désagrégation (#4.7) (+)          
 
Ponctualité des données (#4.8) (+)          
Qualité des données et assurance de la qualité (#4.9) (+)          
 
Affectation des revenus Distribution of extractive industry revenues (#5.1) (+)          
Transferts infranationaux (#5.2) (+)          
Gestion des revenus et dépenses (#5.3) (+)  
 
Dépenses sociales et économiques Dépenses sociales obligatoires (#6.1) (+)          
Dépenses quasi fiscales des entreprises d’État (#6.2) (+)          
Contribution économique (#6.3) (+)          
 
Impact environnemental des activités extractives (#6.4) (+)  
 
Résultats et impact Débat public (#7.1) (+)          
=
Accessibilité des données et données ouvertes (#7.2) (+)          
 
Suivi des recommandations (#7.3) (+)          
 
Examen des résultats et de l’impact de la mise en œuvre de l’ITIE (#7.4) (+)          
=
Evaluation globale          
  • Aucun progrès. Tous les aspects ou presque de l’exigence restent à mettre en œuvre et que l’objectif général de cette dernière n’est pas rempli.
  • Inadequate progress. Significant aspects of the requirement have not been implemented and the broader objective of the requirement is far from fulfilled.
  • Progrès significatifs. Des aspects significatifs de l’exigence sont en train d’être mis en œuvre et que l’objectif général de cette dernière est en voie d’être rempli.
  • Progrès satisfaisants. Tous les aspects de l’exigence ont été mis en œuvre et que l’objectif général de cette dernière a été rempli.
  • Outstanding progress (Beyond). The country has gone beyond the requirements.
  • L’exigence est encouragée ou recommandée et ne doit pas être tenue en compte dans l’évaluation de la conformité.
  • Le Groupe multipartite a démontré que l’exigence n’est pas applicable au pays.
Direction du progrès
= Performance inchangée depuis la dernière Validation.
←La performance du pays est moins bonne que lors de la dernière Validation.

 

La performance du pays est meilleure que lors de la dernière Validation.

Contexte

Le Cameroun a été admis comme pays candidat à l’ITIE en 2007. La première Validation du Cameroun en vertu de la Norme ITIE a débuté le 1er juillet 2017. Le 29 juin 2018, le Conseil d’administration de l’ITIE a établi que le Cameroun avait réalisé des progrès significatifs dans la mise en œuvre de la Norme ITIE 2016. Le Conseil d’administration de l’ITIE a identifié quatorze mesures correctives à prendre, concernant les Exigences suivantes :

  1. L’engagement de la société civile (Exigence 1.3),
  2. La gouvernance du Groupe multipartite (Exigence 1.4),
  3. Le plan de travail (Exigence 1.5),
  4. Le registre des licences (Exigence 2.3),
  5. La politique sur la divulgation des contrats (Exigence 2.4),
  6. La participation de l’État (Exigence 2.6),
  7. Les données de production (Exigence 3.2),
  8. Les revenus en nature (Exigence 4.2),
  9. Les transactions des entreprises d’État (Exigence 4.5),
  10. La répartition des revenus (Exigence 5.1),
  11. Les transferts infranationaux (Exigence 5.2)
  12. Les dépenses quasi budgétaires des entreprises d’État (Exigence 6.2),
  13. Le débat public (Exigence 7.1),
  14. Les résultats et l’impact de la mise en œuvre (Exigence 7.4)

Le Conseil d’administration a demandé au Cameroun de prendre ces mesures correctives, dont l’exécution ferait l’objet d’une évaluation dans le cadre d’une deuxième Validation commençant le 29 décembre 2019. Le Conseil d’administration n’a pas approuvé la demande de prorogation soumise par le Cameroun le 13 février 2020, et a convenu que la deuxième Validation commencerait le 13 février 2020, en tenant compte de toutes les informations publiées jusqu’à cette date.

Le Cameroun a entrepris un certain nombre d’activités en vue de mettre en œuvre les mesures correctives :

  • Le Groupe multipartite s’est rencontré 6 fois lors de la deuxième moitié de l’année 2017 ; 3 fois en 2018 ainsi qu’en 2019 et, enfin, 3 fois entre le 1er janvier 2020 et le 13 février 2020, date du début de la Validation ;
  • Le 14 novembre 2017, le Groupe multipartite a adopté un calendrier de diffusion et une mise à jour de la stratégie de communication ;
  • Le 28 décembre 2017, le Groupe multipartite a adopté le rapport annuel d’avancement 2016 ;
  • Le 8 février 2018, le Groupe multipartite a adopté les Termes de Référence (TdR) pourl’Administrateur Indépendant relativement aux Rapports ITIE 2016 et 2017 ;
  • Le 17 mai 2018, le Groupe multipartite a adopté le plan de travail 2017-2019 mis à jour pour 2018 ;
  • Le 17 juillet 2018, le gouvernement camerounais a publié le Décret n° 2018/6026/PM du 17 juillet 2018 portant création, organisation et fonctionnement du Comité de suivi de la mise en œuvre de l’ITIE ;
  • Le 10 août 2018, le ministère des Finances a publié l’Arrêté du 10 août 2018 portantnomination du Coordonnateur National de l’ITIE Cameroun ;
  • Le 21 novembre 2018, le collège de la société civile a adopté un plan d’action et desdirectives codifiant les mécanismes de coordination et le processus de nomination de représentants d’organisations de la société civile (OSC) au Groupe multipartite ;
  • Le 18 décembre 2018, le Groupe multipartite a adopté les études de cadrage pour les Rapports ITIE 2016 et 2018 ;
  • Le 5 février 2019, le cabinet du Premier ministre a publié l’Arrêté n° 025/CAB/PM du 5 février 2019 fixant le montant des indemnités versées aux comités et aux groupes de travail ;
  • Le 12 février 2019, le Groupe multipartite a adopté le rapport annuel d’avancement 2017 ;
  • Le 22 février 2019, le Groupe multipartite a organisé un événement à l’occasion du lancement public du Rapport ITIE 2016 ;
  • Le 23 décembre 2019, le collège de la société civile a mené une auto-évaluation de pré-Validation sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives provenant de la première Validation ;
  • Le 26 décembre 2019, le Groupe multipartite a adopté un plan d’action d’urgence pour préparer la deuxième Validation ;
  • Le 6 février 2020, le Groupe multipartite a adopté le Rapport ITIE 2017 et a organisé une conférence de presse pour son lancement. Le Groupe multipartite a également adopté le Code de conduite de l’ITIE Cameroun ;
  • Le 12 février 2020, le ministère des Finances a publié l’Arrêté n° 361(bis)/MINFI du 12 février 2020 portant institutionnalisation de la composition du nouveau Groupe multipartite.  

La deuxième Validation du Cameroun a démarré le 13 février 2020. Le Secrétariat international de l’ITIE a évalué les progrès que le pays a accomplis dans l’exécution des 14 mesures correctives prescrites par le Conseil d’administration de l’ITIE après la première Validation du Cameroun en 2018. Les progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’Exigence 2.5 sur la propriété effective ainsi que des nouvelles Exigences 6.4 et 7.2 de la Norme ITIE 2019 ont également été évalués. Le Secrétariat estime que le Cameroun a pleinement mis en œuvre trois des 14 mesures correctives, que le pays a accompli des «progrès significatifs» concernant les neuf autres mesures correctives et qu’il a réalisé des «progrès inadéquats» assortis d’améliorations considérables dans l’exécution des deux mesures correctives restantes. Le Secrétariat a également examiné les progrès accomplis relativement aux Exigences 2.5, 4.7 et 4.8, avec des évaluations déterminant la réalisation de «progrès inadéquats» pour la première et de «progrès significatifs» pour les deux autres.

Le projet d’évaluation a été envoyé au Groupe multipartite de l’ITIE Cameroun le 30 septembre 2020. Suite aux commentaires soumis par le Groupe multipartite le 18 novembre 2020, l’évaluation a été finalisée et soumise à l’examen du Conseil d’administration de l’ITIE.

 

Mesures correctives

Le Conseil d’administration a convenu que le Cameroun devra prendre les mesures correctives suivantes. Les progrès accomplis dans l’exécution de ces mesures seront évalués lors d’une troisième Validation, qui démarrera le  1 octobre 2023: :

  1. Conformément à l’Exigence 1.3.a, la société civile doit être pleinement, activement et efficacement engagée dans tous les aspects du processus ITIE. Conformément à l’Exigence 1.3.e.ii, les parties prenantes, y compris, mais sans s’y limiter, les membres du Groupe multipartite, doivent participer de façon substantielle à la conception, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation du processus ITIE et s’assurer qu’il contribue au débat public. Conformément à la disposition 2.3 du protocole de la société civile, les représentants du Groupe multipartite de la société civile doivent nouer des relations avec d’autres OSC qui ne font pas partie du Groupe multipartite, notamment en recueillant leurs commentaires relatifs aux délibérations du Groupe multipartite et en communiquant les résultats de ces délibérations. Le collège pourra examiner la mesure dans laquelle la mise en œuvre de son propre Code de collège et des TdR pour la plateforme OSCC-ITIECAM pourra aider à résoudre les problèmes de conflits d’intérêts et la rétention d’informations par les membres du Groupe multipartite. La société civile pourrait envisager de mener une évaluation des besoins en capacités et d’élaborer des mesures visant à pallier les contraintes en la matière.
  2. Conformément à l’Exigence 1.4.a.ii, le Cameroun doit s’assurer que chaque groupe multipartite a le droit de nommer ses propres représentants, en gardant à l’esprit qu’il est souhaitable en l’occurrence de garantir le pluralisme et la diversité. Le processus de nomination doit être indépendant et libre de toute mesure de pression ou de coercition. Les groupes de la société civile participant à l’ITIE en tant que membres du Groupe multipartite doivent être indépendants du gouvernement et/ou des entreprises, tant sur le plan opérationnel qu’au niveau politique. Le Groupe multipartite et chaque collège devront tenir compte de l’équilibre hommes‑femmes dans leur composition afin de progresser vers la parité. Conformément à l’Exigence 1.4.b.ii, le Groupe multipartite devra entreprendre des activités concrètes de sensibilisation auprès des groupes de la société civile et des entreprises, notamment en utilisant des moyens de communication tels que les médias, les sites Internet et l’envoi de lettres, afin d’informer les parties prenantes de l’engagement du gouvernement à mettre en œuvre l’ITIE et du rôle central des entreprises et de la société civile. Le Groupe multipartite devra également diffuser largement les résultats du processus ITIE qui relèvent du domaine public. En conformité avec l’Exigence 1.4.b.iii, tous les membres du Groupe multipartite doivent établir des mécanismes de coordination avec l’ensemble de leurs collèges respectifs. Conformément à l’Exigence 1.4.b.vi, le Groupe multipartite doit superviser le processus de rapportage ITIE et participer à la Validation. Pour renforcer la mise en œuvre, le Groupe multipartite pourrait envisager d’élaborer une évaluation des besoins en capacités et un plan d’action visant à renforcer les capacités, afin de s’assurer que tous les membres du Groupe multipartite disposent de capacités appropriées pour superviser tous les aspects de la mise en œuvre de l’ITIE. Aux termes de l’Exigence 1.4.b.vii, le Cameroun devra veiller à ce que ses pratiques liées aux indemnités journalières ne donnent pas lieu à des allégations de conflit d’intérêts. Le Cameroun pourrait envisager d’examiner la mesure dans laquelle une clarification des pratiques effectives liées aux indemnités journalières pour tous les titulaires d’un mandat de l’ITIE permettrait de répondre aux allégations de conflits d’intérêts. Conformément à l’Exigence 1.4.b.ix, le Groupe multipartite doit conserver des comptes rendus écrits de ses débats et de ses décisions.
  3. Conformément à l’Exigence 1.5, le Groupe multipartite devra convenir d’un plan de travail qui est axé sur les priorités nationales et qui sera revu chaque année pour tenir compte de l’évolution des conditions et des possibilités, en fonction des commentaires des divers collèges. Le Cameroun devra veiller à ce que son plan de travail de l’ITIE mis à jour chaque année soit disponible au public, ce qui est essentiel pour renforcer la responsabilité des membres du Groupe multipartite à l’égard de leurs collèges respectifs.
  4. Conformément à l’Exigence 2.2.a.ii, le Cameroun devra veiller à ce que le public puisse accéder à une description du processus statutaire de transfert de licences dans les secteurs minier, pétrolier et gazier, y compris les critères techniques et financiers spécifiques et toute pondération de ces critères. Le Cameroun devra s’assurer que le nombre de licences minières, pétrolières et gazières octroyées et transférées annuellement est divulgué publiquement.
  5. Conformément à l’Exigence 2.3.b.ii-iii, le Cameroun devra s’assurer que les coordonnées et les dates de demande, d’octroi et d’expiration de toutes les licences minières, pétrolières et gazières actives sont accessibles au public. Le Cameroun est encouragé à utiliser la déclaration ITIE comme diagnostic annuel des systèmes de gestion des données sur les licences, en vue de renforcer l’exhaustivité de ces divulgations.
  6. Conformément à l’Exigence 2.4.b, il incombe au Cameroun de valider et de publier un plan de divulgation des contrats assorti de délais clairs en matière de mise en œuvre et de résolution des difficultés éventuelles dans la soumission d’une divulgation exhaustive. Ce plan sera intégré dans les plans de travail à compter de l’année 2020. Le Groupe multipartite devra convenir d’un plan pour la divulgation des contrats ou intégrer cette dernière dans son plan de travail. Aux termes de l’Exigence 2.4.a, le Cameroun est tenu, à compter du 1er janvier 2021, de divulguer tous les contrats et licences qui sont octroyés, conclus ou modifiés. Le Cameroun est convié à examiner la contribution que la mise en œuvre de l’Article 6 du Code de juillet 2018 sur la transparence en matière de divulgation des contrats pourra apporter dans le cadre de l’exécution de ces mesures correctives.
  7. Conformément à l’Exigence 2.5 et au cadre d’évaluation des progrès approuvé par le Conseil d’administration, le Cameroun est tenu de divulguer, d’ici au 31 décembre 2021, les bénéficiaires effectifs de toutes les entreprises qui détiennent une licence extractive ou en soumettent une demande. Pour y parvenir, les mesures suivantes sont recommandées :
    1. Il est attendu du Cameroun qu’il demande à toutes les entreprises détenant des licences pétrolières, gazières et minières de divulguer les informations sur leur propriété effective et de fournir des garanties adéquates relativement à la fiabilité des données soumises. Le gouvernement est encouragé à établir un registre public des bénéficiaires effectifs.
    2. Le Cameroun est invité à demander à tous les participants à des licences pétrolières, gazières et minières de divulguer l’identité de leurs bénéficiaires effectifs à l’étape de la demande. Le Groupe multipartite devra évaluer l’exhaustivité et la fiabilité de ces informations.
    3. Le Cameroun est encouragé à convenir de priorités pour les divulgations sur la propriété effective et à planifier les efforts à déployer dans ce cadre en vue d’obtenir ces données. Par exemple, le Cameroun pourrait privilégier les divulgations soumises par certains types d’entreprises, celles détenant un type donné de licence ou produisant une matière première spécifique, compte tenu des risques associés à la corruption, à l’évasion fiscale ou au contournement des dispositions en matière de participation locale. Ces priorités devront orienter les efforts de sensibilisation auprès des entreprises et leur fournir des indications.
    4. Il est recommandé que le Cameroun envisage d’utiliser le modèle de formulaire de déclaration ITIE sur la propriété effective pour s’assurer que les divulgations sont publiées dans un format de données ouvertes, comparables et simples à analyser.
    5. Le Cameroun pourrait envisager d’étendre les divulgations sur la propriété effective à d’autres segments de la chaîne de valeur extractive en amont, par exemple en collectant et en divulguant les informations sur la propriété effective de prestataires de services hors du secteur extractif, afin d’effectuer le suivi du respect des dispositions liées au contenu local et de gérer les risques de corruption et d’évasion fiscale.
  8. Conformément à l’Exigence 2.6.a.ii, le Cameroun devra s’assurer que les conditions de participation de l’État et de la SNH dans des entreprises et projets des secteurs pétrolier et gazier sont accessibles au public, y compris leur niveau de responsabilité en matière de couverture des dépenses à différentes étapes du cycle de projet. Lorsque le gouvernement ou la SNH a accordé des prêts ou des garanties à des entreprises minières, pétrolières et gazières opérant dans le pays, les détails de ces opérations doivent être divulgués, y compris la durée et les conditions du prêt (en particulier le taux d’intérêt et le calendrier de remboursement). Le Groupe multipartite pourra envisager de comparer les conditions de ces prêts à celles de prêts aux conditions du marché. En conformité avec l’Exigence 2.6.b, le Cameroun est tenu de publier la version complète des états financiers audités de la SNH ou d’expliquer les obstacles à ces divulgations. Le Cameroun est invité à examiner la mesure dans laquelle la réalisation de progrès relativement à cette mesure corrective soutiendrait la mise en œuvre globale de l’Article 8 du Code sur la transparence de juillet 2018 concernant la transparence des participations de l’État.
  9. Conformément à l’Exigence 4.8, le Cameroun doit publier des informations régulières et en temps opportun conformément à la Norme ITIE et au plan de travail convenu (voir l’Exigence 1.5) annuellement, avec des données n’excédant pas l’avant-dernier exercice comptable complet.
  10. Conformément à l’Exigence 5.1, le Cameroun doit veiller à ce que soit publiquement divulguée une description précisant clairement quels revenus provenant des industries extractives, en numéraire ou en nature, sont inscrits au budget national. Dans les cas où les revenus ne figurent pas au budget national, leur affectation devra faire l’objet d’une explication publique, en fournissant des liens vers les rapports financiers concernés, le cas échéant.
  11. Conformément à l’Exigence 5.2, le Cameroun devra s’assurer que les transferts significatifs sont divulgués, y compris la formule de partage des revenus, ainsi que tout écart entre le montant des transferts calculé à partir de la formule de partage des revenus et le montant réellement transféré entre le gouvernement central et chaque entité infranationale concernée. Le Cameroun est encouragé à convenir d’une procédure garantissant la qualité des données et permettant d’assurer la fiabilité des informations sur les transferts infranationaux, conformément à l’Exigence 4.9. Le Cameroun pourrait également souhaiter rendre compte de la manière dont les recettes extractives affectées à des programmes ou investissements spécifiques au niveau infranational sont gérées, ainsi que des décaissements réels.
  12. Conformément à l’Exigence 6.1, le Cameroun devra mener un examen exhaustif de toutes les dépenses sociales obligatoires et des paiements consacrés à l’environnement prévus par la loi ou par contrat. Le Cameroun devra s’assurer que les divulgations publiques des dépenses sociales obligatoires et des paiements consacrés à l’environnement dans les futures déclarations ITIE sont désagrégées entre les dépenses en numéraires et en nature, par type de paiement et de bénéficiaire, et en précisant le nom et la fonction de tout bénéficiaire non gouvernemental (tiers). Le Cameroun pourrait envisager de veiller à ce que les Exigences relatives aux dépenses sociales obligatoires soient plus clairement codifiées dans les contrats miniers, assorties de délais établis pour assurer un suivi et une supervision plus efficaces.
  13. Conformément à l’Exigence 6.2, le Cameroun devra s’assurer des divulgations complètes des entreprises d’État sur leurs dépenses quasi budgétaires, dans le cadre d’un processus de déclaration dont le niveau de transparence correspond à celui des autres paiements et flux de revenus, et comprenant les filiales et les opérations conjointes des entreprises d’État. Le Cameroun pourrait envisager de tenir compte de la définition des dépenses quasi budgétaires adoptée par le FMI pour déterminer les cas où des dépenses peuvent être considérées comme telles.
  14. Conformément à l’Exigence 7.1.a.i-ii, le Cameroun devra veiller à ce que les constatations de l’ITIE et les données ITIE soient largement accessibles et distribuées, tant dans les langues officielles (français et anglais) que dans des formats qui sont plus accessibles que la version complète du Rapport ITIE. Le Cameroun devra s’assurer que les données ITIE et les constatations sont compréhensibles, notamment en examinant les difficultés d’accès et les besoins en informations des différents genres et sous-groupes de citoyens. Conformément à l’Exigence 7.1.a.iii, le Cameroun devra veiller à ce que des actions de sensibilisation, organisées par le gouvernement, la société civile ou les entreprises, soient menées afin de mieux faire connaître et de faciliter le dialogue à propos de la gouvernance des ressources extractives, sur la base des divulgations ITIE dans le pays et dans un objectif d’inclusion sociale. Conformément à l’Exigence 7.1.b.iii,le Cameroun est encouragé à organiser des activités de renforcement des capacités, en particulier au niveau de la société civile et avec ses organisations, afin d’améliorer la compréhension des informations et des données contenues dans les rapports et les divulgations en ligne, et d’encourager l’utilisation des informations par les citoyens, les médias et les autres parties intéressées.
  15. Conformément à l’Exigence 7.4.a., le Cameroun devra mener un examen annuel en vue de documenter les résultats et l’impact du processus ITIE dans le pays. Aux termes de l’Exigence 7.4.a.iv, l’examen par le Cameroun des résultats et de l’impact devra comprendre les progrès accomplis relativement aux Exigences ITIE, le suivi des recommandations de l’ITIE, les progrès réalisés dans l’atteinte des objectifs du plan de travail et un compte rendu des efforts déployés pour renforcer l’impact de la mise en œuvre de l’ITIE sur la gouvernance des ressources naturelles. Conformément à l’Exigence 7.4.b, le Groupe multipartite devra s’assurer que toutes les parties prenantes sont en mesure de participer à l’examen annuel de l’impact de la mise en œuvre de l’ITIE, y compris celles qui siègent au Groupe multipartite. Pour renforcer la mise en œuvre, le Cameroun pourrait envisager de mener une évaluation formalisée de l’impact après treize années de mise en œuvre de l’ITIE.

Le Secrétariat Permanent du Comité de suivi de la mise en œuvre de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (« Comité ITIE ») recrute un Responsable administratif afin de renforcer les capacités de l’Unité de Gestion Administrative (UGA) chargée de la mise en œuvre et du suivi des tâches et autres diligences d’ordre administratif qui concourent à l’exécution des missions du Comité ITIE et de son Secrétariat Permanent.

• Lieu: Yaoundé

• Supérieur hiérarchique: Secrétaire Permanent

• Qualifications et expérience requises

Niveau BAC+5 dans l’une ou l’autre des spécialités suivantes: droit, gestion ou ressources humaines;
Nombre d’années d’expérience professionnelle: minimum 5 ans, maximum 8 ans;
Langues : maitrise du français et de l’anglais parlé et écrit;
Informatique: maitrise des fonctionnalités des logiciels Word, PowerPoint, Excel, Access, Compétences spécifiques : maîtrise du cadre légal et réglementaire régissant les marchés publics au Cameroun; capacités en communication et en rédaction.

Date limite de réception des dossiers: vendredi 15 janvier 2021.

Téléchargez le communiqué ici Communiqué n°00000008/AAC/MINFI/COMITE ITIE/DU 04/01/2021: Recrutement d'un Responsable Administratif au Secrétariat Permanent ITIE / Recruitment of an Administrative Officer to the Permanent Secretariat of EITI (144 téléchargements)

 

The Permanent Secretariat of the Extractive Industries Transparency Initiative Follow-up Committee (“EITI Committee”) is recruiting an Administrative Officer within the committee in order to strengthen the capacity of the Administrative Management Unit (AMU) responsible for the implementation and monitoring of administrative tasks and other due diligence that contribute to the execution of the tasks of the EITI Committee and its
Permanent Secretariat.

* Location: Yaoundé
* Superior: Permanent Secretary

* Qualifications and experience required :
GCE A Level + 5 in either law, management, human resources ;
Number of years of professional experience : minimum 5 years, maximum 8 years ;
Languages: fluency in spoken and written English and French;
IT mastery of the functionalities of Word, PowerPoint, Excel, Access, Publisher and internet software;
Specific skills : mastery of the legal and regulatory framework goveming public
procurement in Cameroon; communication and drafting skills.

Deadline for receipt of applications: Friday January 15, 2021.

Download the application file here Communiqué n°00000008/AAC/MINFI/COMITE ITIE/DU 04/01/2021: Recrutement d'un Responsable Administratif au Secrétariat Permanent ITIE / Recruitment of an Administrative Officer to the Permanent Secretariat of EITI (144 téléchargements)

Fermer
Navigation
Fermer